oecumenisme étoile Association Œcuménique
Étoile Champs-Élysees

Message No111,  le  24 mai 2024

Après la Pentecôte…  Appel à cotisations et divers

 

 

Un réseau étoilé pour les chrétiens

oecumenisme

Autour de l’Arc de triomphe, des liens se tissent entre chrétiens depuis vingt ans. Catholiques, protestants, orthodoxes se rencontrent régulièrement dans leurs paroisses respectives ou ailleurs. Bienvenue dans l’association œcuménique Étoile Champs-Élysées !

« Bonjour, je suis Bernadette, religieuse catholique. Et vous ? » Dans la vaste chapelle du collège Sainte-Clotilde (12e), impossible de ne pas se sentir accueilli. Les sœurs de sainte Clotilde et les diaconesses de Reuilly (1), qui tiennent la Maison d’unité – lieu de rencontre et de formation œcuménique – reçoivent chaque mardi, avec un talent fraternel sans égal, des chrétiens de diverses confessions pour prier. Ce soir, c’est l’association œcuménique Étoile Champs-Élysées (AOECE) qui conduit la veillée. Elle a choisi l’Évangile de la Samaritaine. « Est-ce que j’accepte que Dieu se donne à chacun de manière unique ?, lance, au début de son intervention, Frédéric de Maack, président de l’association et diacre permanent à St-Honoré d’Eylau (16e). La Samaritaine fait son chemin, elle va au-delà des différences. » Comme elle, en venant ici, les priants ont choisi de dépasser leurs disparités. « Avoir un même Dieu est plus grand que nos divisions, témoigne Michel Faure, orthodoxe quarantenaire à la barbe grisonnante et paroissien de La très Sainte Trinité (2) (8e). Ces veillées m’aident à comprendre la manière de prier des autres. Une richesse dont je ne voudrais pas me priver. »

Propositions d’unité
Tout au long de l’année, l’AOECE, qui regroupe vingt-cinq paroisses catholiques, orthodoxes et protestantes des 8e, 16e et 17e arrondissements, propose aux chrétiens de participer aux activités des uns et des autres.
« Le vendredi saint, nous les convions au chemin de croix de St-Pierre de Chaillot (16e), précise Frédéric de Maack. Nos propositions sont très libres. Nous souhaitons simplement rapprocher les personnes. »
Outre les initiatives paroissiales de la semaine de l’unité, largement partagées au sein de l’association, des conférences, expositions ou concerts sont organisés.
« Cela nous permet de créer des liens avec les chrétiens parisiens, témoigne Nathaniel Harrison, un épiscopal de la cathédrale américaine (3) au costume soigné. Nous sommes très ouverts, même dans nos célébrations. Les dimanches, nous aimons préciser que chacun est bienvenu à la table eucharistique, quelle que soit sa confession. »
Mais l’unité, « qui suppose l’écoute », précise le président de l’AOECE, passe aussi par la charité. De temps en temps, des collectes sont organisées « pour les enfants iraniens et les coptes, reprend l’épiscopal. Pour moi, l’entraide est le vrai but de l’association. » La semaine dernière, ses membres ont même été conviés à une pièce de théâtre pour soutenir des étudiants arméniens du Haut Karabagh, une région touchée par la guerre.
Agnès de Gélis

(1) Communauté protestante dont la maison mère est à Versailles.
(2) Paroisse située dans la crypte de la cathédrale Saint-Alexandre-de-la-Neva, rue Daru (8e).
(3) Branche américaine de l’église anglicane.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *